Incidents au stade de Kankan : La version d'un encadreur du Milo

La violence dans les stades de Ligue 1 est loin d'être une histoire ancienne en Guinée. Ce mercredi, des images de joueurs de Renaissance FC trempés de sang ont été virales. Les incidents ont eu lieu au stade M'Balou Mady Diakité "Glao" de Kankan, après le match de la 12e journée entre le Milo FC et le FC Renaissance. Joint par notre rédaction, le responsable de communication du Milo FC a livré sa version des faits.

Alors que les deux équipes s'étaient quittées dos à dos (1-1) à l'issue de la confrontation sur le terrain, les supporters du Milo FC de Kankan auraient décidé autrement après le match. En effet, après le nul concédé par Ismael Kaba et ses joueurs, les supporters n'auraient pas apprécié un certain nombre de décisions et surtout le résultat de leur équipe . C'est la position que défend Mory Sidibé "Morientes", chargé de communication du Milo qui est revenu sur la scène au stade M’Balou Mady Diakité 

<< Je vous apprends d’abord que le Milo a obtenu deux penalties dans ce match mais qui n'ont pas été sifflés. Le Milo tenait jusqu’à la 85e min et c'est dans les 5 dernières minutes que la Renaissance a obtenu un penalty qui est discutable, ce qui n’était pas du goût des supporters. Et le match est terminé sur le score de 1-1. Les supporters étaient fâchés après tout ce qui s’est passé dans ce match, ils s’attaquaient à l’arbitre c’est à dire ils contestaient au près de lui et pendant cette altercation, ces moments de tension, certains joueurs de la Renaissance ont répondu à ces supporters >>, nous explique-t-il.

Plus loin, il accuse. <<Il y’a même un joueur de la Renaissances qui a blessé un supporter avec ses crampons >>.

Réagissant aux images des joueurs blessés qui ont fait le tour de la toile, Morientes va même jusqu'à nier l'appartenance de ces victimes à l'équipe de la Renaissance. << Il y’a des images aussi qui ont été publiées, je viens d’apprendre auprès de l’entraîneur qu'ils ne sont ni encadreurs ni joueurs dans les rangs de la Renaissance. On nous apprend que c'est le frère d'un joueur>>, affirme le CM des bleu et blanc qui tient à préciser. << Généralement quand les matchs se terminent au stade M’Balou Mady Diakité, les supporters ne s’attaquent pas aux joueurs, ils s’attaquent aux arbitres et c’était le cas aujourd’hui.

Les supporters du Milo FC ont souvent cette mauvaise réputation de violence quand le club perd des points à domicile. Plusieurs clubs visiteurs s'en sont plaints sur ces attitudes répétitives. Là-dessus, Mory Sidibé parle de supporters non contrôlés par le club populaire de la ville de Kankan.

<< Je ne suis pas là pour défendre ces supporters là, moi-même je connais la tension des ces derniers et leur manière de faire. Le Milo est aimé par toute la ville de Kankan et donc ne maîtrise pas ses supporters . Même nous les encadreurs et les joueurs, nous sommes souvent victimes quand il n'y a pas de résultat. L’entraîneur (Ismaël Kaba, ndlr) a été agressé et même menacé à plusieurs reprises par ces derniers au début du championnat quand le Milo était sur une mauvaise série.>> déplore Sidibé.

Alors que tout le monde félicitait le public de Kankan qui se montrait un peu plus responsable depuis un certain temps, cette résurgence de la violence a suscité de vives critiques de l'opinion qui fait preuve d'indignation en appelant à des sanctions.

 

 Iliyassou Sadio Diallo 

Incidents au stade de Kankan: Triple sanctions contre le Milo (verdict officiel)

La Ligue Guinéenne de Football Professionnel vient de trancher. Le Milo FC prend cher suite aux violences survenues à la fin de son match contre le FC Renaissance. Entraineur, supporters et dirigeants ont tous été sanctionnés dans cette affaire qui avait fait tache d'huile.

Les faits remontent au 03 avril dernier, quand les incidents ont été signalés au coup de sifflet final du match de la 12e journée entre le Milo FC et le FC Renaissance qui s'étaient quitté sur un nul (1-1). Des violences ont ensuite éclaté et des images de joueurs blessés avec des maillots déchirés ont circulé.

 Dans un courrier rendu public ce vendredi, la Commission Norme, Éthique et Discipline de la LGFP fait état de sanctions à trois niveaux contre le Milo FC.

Premier concerné, Ismaël Kaba l'entraîneur du club de Kankan qui devra observer son équipe loin de son banc pour une longue durée.

"L'entraîneur Ismaël Kaba est suspendu pour 7 matchs à partir de la 13e journée", indique la commission qui s'appuie sur le rapport de l'arbitre et du commissaire du match. Ces derniers affirment que tout est parti du technicien qui s'est dirigé vers l'arbitre en proférant des injures.

Les supporters n'ont pas aussi été épargnés dans ce verdict de l'instance dirigeante du championnat. 

" Le Milo jouera 4 matchs à huis clos", a décidé la LGFP à travers sa Commission. Le club fera donc sans son public du stade M'Balou Mady Diakité "Glao" pendant ces quatre rencontres. La Ligue menace même de délocaliser les matchs du Milo FC sur un autre stade en cas de non respect de la consigne de huis clos pendant les quatre rencontres indiquées. 

L'autre sanction contre le club est d'ordre pécuniaire. 

"Le Milo va payer une amende de 10 millions de francs guinéens pour le comportement anti-sportif de ses supporters, encadreurs, pour l'envahissement du stade, jets de projectiles et pour mauvaises dispositifs sécuritaires ". 

A cela , on peut aussi ajouter que le club est amené à rembourser le maillot déchiré du joueur de Renaissance FC, les frais médicaux des blessés et la confection des licences perdues.

          Amadou Béla Barry 

LDC CAF: L'ASEC Mimosas hérite de l'Espérance de Tunis en quart

La Confédération Africaine de Football a effectué ce mardi, le tirage au sort des quarts de finale de la ligue des Champions 2023-2024. Seul représentant ouest-africain à cette étape, l'ASEC Mimosas jouera gros face au Tunisiens de l'Espérance de Tunis. 

Les jaune et noir tenteront de confirmer leur retour dans la plus prestigieuse compétition des interclubs de la CAF en cherchant une place dans le dernier carré. Pour le faire, les hommes de Julien Chevalier devront sortir les Tunisiens quatre fois vainqueur de la compétition. Ce sera une confirmation du parcours effectué jusque-là. En phase de groupes, l'ASEC n'a concédé qu'une seule défaite et c'était lors de la 6e et dernière journée.

Face à l'Espérance en quart de finale, l'ASEC accueillera le match retour à la maison après le déplacement à l'aller en terre tunisienne.

Dans les autres affiches, le TP Mazembé jouera les Angolais de Pétro de Luanda. Lamine N'Diaye et ses hommes reçoivent les Os Tricolores à Lubumbashi avant de se déplacer en Angola pour la manche. 

Voici l'intégralité du tirage au sort.

TP Mazembé - Pétro Luanda 

Espérance Tunis - ASEC 

Young Africans - Mamelodi Sundowns 

Simba Sport - Al Ahly 

 

Les matchs aller sont prévus le 29 mars prochain et la phase retour le 05 avril.

      Amadou Béla Barry 

Jeux olympiques (foot): 56 ans après, la Guinée retrouve les phases finales

L'attente fut longue mais l'histoire vient d'être réécrite. La Guinée fait son retour en phase finale dans le tournoi de football des Jeux olympiques. 

Le Syli national espoir vient d'arracher son ticket pour les Jeux olympiques prévus cet Été à Paris. L'équipe amenée par Kaba Diawara s'est défait de son homologue de l'Indonésie lors du barrage intercontinental disputé à Clairefontaine à Paris. Une courte mais précieuse et historique victoire (1-0) grâce à un penalty transformé par Moriba Kourouma en première période. Le milieu de terrain de Getafe appelé en renfort pour l'équipe n'a pas tremblé et a pris gardien adverse en contre pied.

Le score aurait pu s'améliorer en faveur des U23 guinéens si Alghassimou Bah avait imité Moriba sur le deuxième penalty accordé à la Guinée. Mais le jeune attaquant ne parvient pas à cadrer sur son tir et maintient le score à 1-0 jusqu'au coup de sifflet final.

Après son échec à se qualifier directement lors de la dernière CAN U23, le Syli espoir a donc saisi cette dernière cartouche pour compléter à 4 le nombre des représentants africains lors de ce rendez-vous mondial.

 

Le tirage au sort déjà fait, la Guinée hérite du Groupe A en compagnie de la France (pays hôte), des États-Unis, et de la Nouvelle-Zélande.

Voici le calendrier du Syli olympique dans ce tournoi de football masculin :

24 juillet : Guinée vs Nouvelle-Zélande au stade de Nice 

27 juillet : France vs Guinée au stade de Nice 

30 juillet : États-Unis vs Guinée au Stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne.

Bien que peu avantagés par le tirage, les Guinéens tenteront de mieux faire que lors de la première et unique participation il y a 56 ans. A Mexico en 1968, la Guinée n'avait remporté qu'un seul match dans le groupe qu'elle partageait aussi avec la France. Défait d'entrée 3-1 par la France, le Syli espoir s'était relevé en s'imposant 3-2 contre la Colombie avant de s'incliner lourdement (4-0) devant le Mexique (pays hôte).

 

   Amadou Béla Barry 

Le S/G du Milo accuse : "Nos agresseurs étaient autour du Président Bouba Sampil"

C'est une révélation dans le feuilleton concernant les incidents survenus à l'occasion du match AS Kaloum - Milo FC ce vendredi. Le Secrétaire Général du club de Kankan indexe celui qui ferait partie des instigateurs et même agresseurs de son équipe. Et c'est une personne aperçue lors de l'arrivée du Président de la Fédération Guinéenne de Football.

Si la présence de Aboubacar Dinah Sampil était censée pour rencontrer les deux équipes en vue d'apaiser, Moriba Doumbouya lui affirme que ce dernier ne s'est jamais dirigé vers le camp Milo. 

" Je ne savais même pas que le Président Bouba Sampil était venu au stade. C'est à 19h qu'on me l'a dit, mon cousin m'en a parlé et il m'a montré la vidéo. Et c'est à travers les vidéos que j'ai compris qu'il est s'est dirigé vers les vestiaires. Mais peut-être il était allé dans les vestiaires de l'AS Kaloum, parce que nous on l'a jamais vu chez nous ", a expliqué Moriba chez nos confrères de CIS MÉDIAS.

Et de poursuivre, Doumbouya va même pointer du doigt celui qui serait à la base de ce que son club a subi. Et il deplore voir son bourreau à côté du Président de la Fédération et en même temps, PCA de l'AS Kaloum.

"Ce qui est grave, c'est que nous avons vu nos agresseurs autour du Président Bouba Sampil. Le Monsieur, ça fait deux jours qu'il nous traquait, celui en t-shirt jaune en main et torse nu , vous allez le voir dans les vidéos. Même lors de la mise en place, lui et d'autres nous avaient dit que ce serait la guerre et qu'ils allaient nous massacrer. Et on voit encore le même Monsieur sur la pelouse, en train de tourner avec le Président comme si de rien n'était".

Comme solution immédiate pour permettre à mettre un terme aux incidences sur le tas, le secrétaire propose. "Normalement, pour que ce match là reprenne, il fallait le mettre dehors puisqu'il était identifiable. Le problème est que les gendarmes ne maîtrisaient pas. Les supporters descendaient faire ce qu'ils voulaient et repartaient s'assoir en tribune", déplore Moriba Doumbouya qui rassure que la victoire finale pour ce match doit obligatoirement revenir à son club.

    Amadou Béla Barry 

Image

CompilSports224.com, l'information sportive dans toute son entièreté.
Abonnez-vous à la newsletter et suivez nous sur tous les réseaux sociaux.
  • +22462344812
  • +33752075187
We use cookies
CompilSports224.com utilise des cookies ou traceurs pour stocker et/ou accéder à des informations sur votre terminal. Cela afin d’améliorer votre expérience et ainsi afficher des publicités et contenus personnalisés, mesurer la performance des publicités et du contenu, récolter des données d’audience et développer le produit. Nous pourrons utiliser des données de géolocalisation précises et analyser les caractéristiques de votre terminal. Vous pouvez accepter ou non. Si vous avez des questions, n’hésitez pas de nous contacter. En cas de refus, il y aura toujours de la publicité mais elle sera non personnalisée.